admin
27/06/2011

ErepDay: réflexions autour des questions de Blueboat concernant l'externalisation du Community Management

J’ai eu le plaisir de participer à l’évènement ErepDay organisé par notre partenaire Blueboat, voici quelques réflexions autour des questions posées par Christophe Thil et Grégoire Arnoult

Pourquoi avez-vous souhaité mettre en place une démarche de gestion de votre e-réputation?

 

Nous nous sommes donné comme mission depuis maintenant plus de 10 ans de rendre disponible aux Très Petites Entreprises le contrôle des canaux offert par Internet… On a fini par arrêter de leur expliquer qu’elles devraient faire appel a des professionnels, parce que plein d’autres leur ont fait croire que tout était gratuit et facile. Nous avons préféré notre savoir-faire et notre expérience pour les aider a faire les premiers pas, eux-mêmes ou accompagnés, mais au moins les aider à se lancer en leur mettant a disposition un outil central, Webagoo, qui est une sorte de télécommande qui permet de contrôler son site avec une partie cms, et surtout des modules permettant de pousser l’info vers une multitude de supports en ligne, dont les réseaux sociaux… 

 

Non, ces premiers pas ne sont pas forcemment réservé à une élite… comme je l’expliquais sur le blog de Benjamin (vendeesign). Sauf que, arrivé un certain stade, nous sommes là pour leur faire comprendre qu’Internet c’est une multitude de métiers, et qu’il est indispensable de faire appel a des pros… 

 

Pourquoi avez-vous décidé d’externaliser votre community management ?

 

Comme il faut balayer d’abord devant sa porte, nous avons, bien sûr engagé le processus en gérant en interne le démarrage de notre présence et de notre e-reputation sur les réseaux sociaux. Pendant près d’un an, nous avons testé, observé, appris et compris beaucoup de choses, qui nous permettent d’ailleurs de mieux conseiller nos clients et distributeurs. Mais, suivant le même processus que celui de nos clients actifs et volontaires, nous sommes arrivé à un point où il fallait externaliser ces démarches… 

 

De la même façon que nous avons externalisé les Relations Presse avec une société spécialisée, après avoir vu qu’il ne suffisait pas d’envoyer des communiqués de presse à des fichiers de journalistes pour avoir des articles dans les journaux, nous avons décidé de le faire concernant l’e-reputation, et ce, pour plusieurs raisons: pour avoir un oeil extérieur, parce qu’il est difficile de rester vraiment objectif quand on critique le fruit de notre travail acharné, et d’autre part pour la résonance qu’une bonne agence d’e-rep est capable de donner à votre marque (ex: googlejailbreaker).

 

Et si demain il est fort possible que nous soyons obligé de réintégrer une partie du CM en interne, il est évident que nous garderons une partie externe ne serais-ce que pour maintenir l’objectivité de nos campagnes et de notre e-rep.

 

Est ce que le coût de l’internalisation d’un CM était le seul facteur qui vous a décidé à externaliser ?

 


Non, ce n’est pas une question de coût, ou de calcul de rentabilité, c’est une question de temps, de compétences et de réseaux, mais tout dépend des objectifs que l’on se fixe, veille, réputation, augmentation de la visibilité, anticipation, etc…

 


Quelles étaient vos inquiétudes, et est ce qu’elles se sont dissipées ou non ?

 

Perdre la maitrise du discours, la tournure de la relation en cas de désaccord, etc… Il faut une véritable confiance avec l’agence pour leur confier les rennes de votre image, ça passe par des échanges réguliers et une véritable définition commune de la stratégie
de l’entreprise pour faire passer la bonne philosophie.

 

Quel conseil vous donneriez à une entreprise qui souhaite également externaliser son CM

 

Comme pour le reste des démarches web, d’y aller au fur et à mesure, de faire ses premiers pas seul si nécessaire, en suivant les conseils de professionnels (il y a foison de livres blancs sur le web pour se lancer). Occuper le terrain et se rendre compte de la nécessité de faire appel à des professionnels quand c’est le bon moment, quand la gestion prends trop de temps pour rester concentrer sur son métier, quand on veut passer à la vitesse supérieure, etc…

 

En conclusion, même si l’e-reputation n’est pas encore vraiment un enjeu pour les TPE, nous leur conseillons de faire les démarches pour déjà être présentes sur les réseaux sociaux, histoire d’occuper le terrain et de bénéficier de l’antériorité, le jour où ils seront prêt a se lancer concrètement. Je serais également tenté de conseiller aux pros du web de ne pas négliger les TPE, souvent considéré comme le parent pauvre du web, en oubliant qu’avant d’avoir été grande toutes les entreprises sont passées par l’état de petites. Nous avons, en tant que pros du web, la responsabilité de les accompagner, ne serais-ce que pour identifier celles qui auront la volonté et l’ambition de grandir. Il est vrai que cela demande des efforts et des outils, c’est là que je place ma page de pub 😉 puisque c’est justement le rôle de webagoo, de donner des outils facilitant les démarches de conquête de cette cible particulière. Alors si vous souhaitez défricher avec nous le marché de la TPE, renseignez-vous sur notre réseau national de partenaires !

 

Un grand bravo encore à l’équipe Blueboat de nous avoir offert un évènement de cette qualité en Alsace, en ne lésinant pas sur les moyens, ni sur la sélection de haute qualité des intervenants… longue vie à l’Erepday !

 

Un grand plaisir aussi d’avoir cotoyé: @fbrahimi @maximeparis @kriisiis @actulligence @gregfromparis @MiChmski et plein d’autres, dont les #elsasspower @Tichou @kdfa @floriankarmen @Vendeesign @MichelBoehm @tom80 @MaxSchleiffer (j’en oublis, c’est sûr !)
Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *